Tag: idée

Dessinez votre futur

En dix minutes, Patti Dobrowolski démontre avec un enthousiasme déconcertant pourquoi – et comment – dessiner son futur est la meilleure façon de réaliser ses objectifs.

Ce qui nourrit l’optimisme, valeur essentielle à la motivation, c’est la capacité à se projeter dans l’avenir et à croire en sa vision. Je me souviens avoir vu un jour une vidéo diffusée au sein d’une entreprise pour laquelle je réalisais une fresque. Dans cette vidéo, le président partageait sa vision de l’avenir de la société : il y figurait en petite vignette filmée et mobile, découpée en silhouette, et son discours était illustré par des dessins au trait, le tout dialoguant de façon très dynamique et créative. J’ai été impressionnée par la conviction et la détermination de son discours, ainsi que par la mise en forme, ludique, interactive et donnant une véritable impulsion aux mots. Cette vidéo stimulait l’imagination et donnait envie de travailler dans cette entreprise !

“How do we see our futur ? Through a picture ! A picture can create movements. A picture can unite nations. A picture can pull your heart and fill you with a deep desire to do something.”

“Comment voyons-nous notre futur ? Par une image ! Une image peut mettre en mouvement. Une image peut unir des nations. Une image peut toucher votre cœur et vous remplir d’un désir profond de faire quelque chose.”

Regardez et prenez note : la démonstration de Patti Dobrowolski (en anglais, pardon les francophones) peut changer votre futur !

Rien de mieux que le dessin à main levée (tout le monde peut dessiner !) pour concrétiser sa vision, mais si vous souhaitez partager une représentation plus stylisée, easel.ly met à disposition des schémas préformatés et des symboles pour illustrer vos idées et y ajouter du texte, selon le principe très simple du “drag and drop”.

Watch

L’optimisme et la marge, deux valeurs sûres

Optimisme

L’optimisme nourrit la motivation et encourage l’action ou l’envie d’entreprendre. Cette énergie positive (à ne pas confondre avec une indolence béate et passive ou une fuite des réalités) permet de surmonter les obstacles et pollutions mentales : le découragement, l’immobilisme, le c’est-comme-ça et l’à-quoi-bon… L’optimisme est une énergie créatrice d’opportunités. Ainsi la fresque qui émerge d’une facilitation graphique capte et traduit cette énergie par les associations, les images et les couleurs. Pour les participants, la fresque devient le miroir d’un potentiel émergeant, qui réactive la joie et la fierté, le sentiment de pouvoir agir et d’être partie prenante d’un mouvement.

La marge est une véritable ressource de transformation (lire ici “La différence est un atout !”) à prendre en compte : par la distance et la vision extérieure, elle apporte vigilance et curiosité pour polliniser et hybrider les idées. J’ai souvent été à la marge, quand je travaillais en free-lance pour des agences de communication et aujourd’hui encore lorsque je retranscris visuellement une réunion sur une fresque. Ma posture en retrait permet de capter les convergences et dissonances, les idées marquantes ou métaphores inspirantes. Le principe de l’intelligence collective est de faire appel à toutes les intelligences, mélangeant les genres et les expertises, les thinkers et doers, chacun apportant sa vision, ses idées et intuitions pour affiner la vision, les réflexions et process.

Optimisme et valorisation de la marge permettent de croire en la valeur de cette histoire : dans le film “Working Girl”, le grand patron raconte qu’un camion s’est retrouvé coincé dans un tunnel, le chauffeur n’ayant pas fait attention à la hauteur maximale permise. Pendant des heures, des adultes et experts ont tergiversé pour essayer de faire sortir le camion du tunnel, en vain. Une petite fille qui attendait dans une voiture bloquée par le camion s’est approchée du groupe d’hommes qui discutait avec le chauffeur et leur a suggéré ceci (et peut-être l’avez-vous deviné !) : en dégonflant légèrement les pneus du camion, la hauteur de celui-ci diminuerait suffisamment pour sortir du tunnel et désengorger la route. La solution fut adoptée et le camion a pu être dégagé.

Intelligence qui circule

L’intelligence collective correspond à une volonté habile : peu importe qui a l’idée, ce qui compte c’est d’aboutir à une proposition qui fonctionne.

L’Institute for the future (IFTF) a listé les dix compétences qui seront nécessaires dans les années à venir (lire ici). Voici ma sélection pour alimenter le feu de l’intelligence collective et aller toujours plus loin :

• Sense-making : capacité à déterminer le sens profond de ce qui est exprimé (différencier les homonymes, par ex)
• Social intelligence : capacité à se connecter aux autres d’une façon profonde et directe, à comprendre les réactions des autres et à stimuler des interactions
• Novel & adaptative thinking : capacité à penser et à arriver à des solutions et des réponses au-delà de ce qui est appris par cœur ou basé sur des règles
• Cross-cultural competency : capacité à travailler dans différents milieux culturels
• Transdisciplinarity : capacité à comprendre des concepts venant de diverses disciplines
• Cognitive load management : capacité à filtrer l’information par importance, et à comprendre comment maximiser le fonctionnement cognitif en utilisant une variété d’outils et de techniques
• Virtual collaboration : capacité à travailler de façon productive, à mener une mission et à montrer sa présence comme un membre d’une équipe virtuelle.

Read More

In English, please… (une facilitation graphique commentée)

J’ai animé, avec Pierre Hervé Thivoyon et Lieven Callewaert, un World Cafe pour une grande entreprise. Le séminaire réunissait une soixantaine d’acteurs RH venus de tous les pays et les échanges se faisaient en anglais. Une première pour moi ! Je n’avais encore jamais facilité en anglais et ce fut une expérience très riche et enthousiasmante. J’ai été également invitée à commenter mes traductions graphiques et pris un immense plaisir (partagé !) à expliquer les choix visuels et résonances, à montrer comment ce que j’ai capté et dessiné peut accompagner et renforcer le processus.

Le World Café avait pour objet l’évolution du métier RH face à la réorganisation et au plan de convergence prévu par l’entreprise. Il était intitulé : “What are we ready for ?”. Le principe du World Cafe est de réunir un groupe de personnes autour d’une question sensible. Le thème est décomposé en trois questions ou trois round de tables, puisqu’à chaque question les personnes y répondent par groupe de 4 (ou 5 ou 6… pour favoriser les échanges) et sont invitées à changer de table pour la question suivante dans le but d’une meilleure fertilisation des idées. Les questions posées sont soigneusement rédigées pour inciter tous les participants à contribuer à la réflexion en partageant un vécu personnel. Les idées et conclusions sont ensuite collectées en grand groupe et enregistrées visuellement grâce à la facilitation graphique.

VWS_FG_tasse3bis

J’ai commencé la facilitation graphique en intégrant le titre du séminaire dans l’image d’une tasse de café, symbole de ce processus qui tend à favoriser les conversation et expressions. De cette tasse s’échappent des effluves qui forment les lettres du secteur concerné HR (Human Resources). Ces effluves traduisent le besoin d’émergence, le développement de quelque chose de nouveau.

VWS_FG_tasse1 VWS_FG_effluves2

Pierre Hervé, l’un des animateurs, à introduit le séminaire en invitant les participants à y prendre plaisir (have fun! play!) et à faire appel aux 3H (head, hand, heart). J’ai aussitôt repris ses mots stimulants en dessin.

VWS_FG_3H  VWS_FG_fun

Ensuite Lieven, le second animateur, a présenté la question en insistant sur l’implication personnelle (how YOU create…) comme moteur de changement et de création de valeur.

VWS_FG_you_create1

Le cadre du World Cafe encourage l’expression spontanée et l’implication personnelle : ça passe par tout ce qui constitue l’être, y compris les ressentis et émotions (share the emotions).

VWS_FG_you_create2

La première question concernait l’impact du changement à venir sur l’activité et le quotidien de chaque personne présente. Pendant que les participants répondaient à cette première question, je me promenais entre les différentes tables pour saisir les mots et expressions utilisées.

VWS_FG_Q1

Le premier échange fut particulièrement vivant et reflétait le besoin de pouvoir être entendu dans ses difficultés, inquiétudes, et même souffrances, face au changement. J’ai traduit ces expressions avec la même vigueur avec laquelle elles étaient partagées.

VWS_FG_complex VWS_FG_bordel
VWS_FG_Idontknow VWS_FG_very_hard
VWS_FG_Q1big

La deuxième question portait sur des expériences professionelles d’équipe où la valeur ajoutée a généré un sentiment de fierté.

VWS_FG_Q2

Cette seconde question fut abordée avec beaucoup moins d’aisance. Le climat était davantage étouffé et j’avais nettement plus de mal à distinguer des mots pendant les échanges. J’ai observé un groupe jouer sur un cœur dessiné avec les bonbons offerts à la table, puis saisi une conversation autour de la célébration des anniversaires dans l’équipe.

VWS_FG_candy2

Ce qui est intéressant pendant une facilitation graphique, c’est d’observer comment des images saisies au vol et juxtaposées prennent sens. Ainsi, pouvoir discuter librement avec le management de ses difficultés se trouve associé à l’image d’un bonbon. Le message qui émerge pourrait se résumer à “un peu de douceur dans ce monde de brutes”, un besoin que j’ai illustré par une bulle de “coton”, comme un cocon.

VWS_FG_Q2big

Cet exemple montre aussi à quel point il n’est pas toujours aisé de parler de fierté et de positiver dans le monde de l’entreprise.

La troisième question s’orientait vers les actions concrètes à mener pour accélérer le changement et le conduire avec succès.

VWS_FG_Q3

Durant ce troisième échange, plutôt retenu, je n’ai capté que deux mots : sharing and learning.

VWS_FG_sharing_learning

Juste avant la collecte, je me trouvais près d’une table qui discutait “bénéfices du TGV” et, l’air de rien, j’ai repris leurs mots :
– In the TGV you can work…
– And sleep…
– I work !

VWS_FG_manager_training

Dans les échanges légers se trouvent des remarques à creuser pour de nouvelles façons de penser, voir, travailler…

Pendant la collecte finale, chaque table a été invitée à synthétiser ses idées et réflexions au groupe réuni. J’ai rapidement noté les mots retenus, puis improvisé autour de chaque idée pour l’illustrer visuellement, les reliant entre elles pour en extraire la fluidité et cohérence.

VWS_FG_bigpicture3

Voici quelques idées illustrées, en vrac… En commençant par ce qui est facile, comme libérer la parole pour améliorer la communication (it’s easy to do!). Ou faciliter la mobilité interne pour qu’elle devienne une danse (job rotation).

VWS_FG_easy2  VWS_FG_job_rotation

Former les candidats au départ (exit training).

VWS_FG_exit_training

“Flinguer” les rumeurs qui tuent le business : les acteurs ont besoin de comprendre les décisions qui les concernent…

VWS_FG_stop_rumors2

… en conviant les managers à leur table…

VWS_FG_manager_at_table

… et en fondant les relations sur le partenariat.

VWS_FG_partners1

We miss training : besoin de soutien et d’outils pour accompagner le changement.

VWS_FG_tweet2

Deux images captent l’énergie d’ouverture. L’oiseau du réseau “twitter” fait référence à la vidéo sur les médias sociaux projetée durant l’introduction au séminaire. Comment utiliser ces réseaux pour créer une communauté solidaire et innovante ?
Le mot “bridge” prononcé par un intervenant évoque la passerelle à franchir pour changer de façon de travailler, en s’appuyant sur la communauté.

VWS_FG_bridge

Community… Ce mot résonne à part, en guise de conclusion. Créer une communauté construite de différents “you”… La boucle est bouclée (sur le YOU) pour un rebond possible ?

VWS_FG_bigpicture4

Grâce à la facilitation graphique, le sens émerge au fil de la journée. Tous ces mots et images juxtaposés s’organisent d’eux-mêmes et ouvrent de nouveaux espaces de réflexion et d’approfondissement.
Le but de ces journées d’échanges et de reflexion est l’ouverture, qui permet d’envisager les difficultés et problématiques sous un nouveau jour (de nouveaux chemins, idées, solutions…). L’ouverture stimule également la motivation et l’action car elle manifeste un élan.
Pour saisir ces portes d’entrée (les mots et les images qui comptent), deux qualités sont nécessaires : l’acceptation et la confiance. Dans la facilitation graphique, c’est accepter tout ce qui se passe (les différentes phases, les mots et images qui surgissent, etc) en ayant la confiance que, quoi qu’il arrive, une solution ou ouverture cherche son chemin, aussi bien à travers les échanges qu’à travers la fresque qui prend forme. Il reste ensuite à interpréter cette fresque pour en extraire toute la richesse.

Imaginez maintenant ce séminaire résumé sur un powerpoint, reprenant uniquement les points forts : “il faut…, nous devons…, productivité…, compétences…, etc.” Et dites-moi ce que vous préférez : vos commentaires sont les bienvenus.

VWS_FG_bigpicture1

World Cafe organisé avec Nancy Bragard (Bragard Associates). Merci à Roberta Faulhaber pour la mise en relation.

Read More

Ceci n’est pas un joli dessin…

no

Non, non, non… La facilitation graphique n’est pas une illustration pour faire joli, ni une œuvre d’art. Elle est l’expression vivante et vibrante de l’émergence d’un processus d’innovation et de création se traduisant par des questions, des émotions, des ressentis, des interconnexions, des symboles, des visions… Ce qui ressort de ces captures est de l’ordre du vivant : ni parfait, ni complètement maîtrisé. Le but n’est pas de faire un joli dessin, mais de mettre en lumière là où il y a de la vitalité et de la créativité. La beauté résulte de l’énergie qui y est traduite.

Zone de confort
Ne pas avoir peur du chaos : “Je perds mes repères… Ah ! Super !”

Quand je dessine, je suis debout et en mouvement. L’écoute active et sensorielle que j’ai développé dans ma pratique de coach* me permet de saisir les intonations, émotions et moments marquants que je traduis de façon imaginée. Les mots prennent ainsi une consistance toute particulière et participent au schéma global. Je note en particulier les paroles en l’air ou les choses dites en passant. Car les mots échappés de la pensée, les images ou symboles utilisés de façon inconsciente, sont souvent plus colorés et ont davantage d’impact et de saveur que le discours rationnel ou consensuel. C’est dans ces spontanés que se trouve la sève des élans et idées qui ont de la valeur.

*J’ai été formée à la psychosynthèse, une pratique qui permet d’être, d’interagir et d’influer sur le monde, fondée par Roberto Assagioli, qui se définissait lui-même comme un co-créateur et qui a écrit : “La psychosynthèse est une déclaration d’interdépendance”. Le but de la psychosythèse est de remettre l’homme et la collectivité dans le chemin de son évolution et accomplissement. Lire la suite ici

Read More

À propos d’intelligence…

3 D

La pensée est multiple : on ne pense pas qu’avec des mots ou des concepts. On pense aussi avec des images, des émotions, des sensations physiques, des sons, des mouvements… La facilitation graphique permet de traduire, capter et capturer les différentes formes d’intelligence. Les interactions entre ces formes et messages variés donnent du sens, créent des déclics et dynamisent le processus qui conduit à innover.
Comme le dit Ken Robinson, dans sa célèbre conférence (à voir ici) : “Nous savons trois choses sur l’intelligence. 
Premièrement, elle est variée. Nous pensons le monde de toutes les façons que nous l’expérimentons. Nous le pensons de façon visuelle, de façon auditive, de façon kinesthésique… Nous pensons de façon abstraite, nous pensons en mouvement. Deuxièmement, l’intelligence est dynamique. Si vous regardez les interactions du cerveau humain, l’intelligence est merveilleusement interactive. Le cerveau n’est pas divisé en compartiments. En fait, la créativité – que je définis comme le processus d’avoir des idées originales qui ont de la valeur – le plus souvent, provient de l’interaction de différentes façon de voir les choses. 
Et la troisième chose sur l’intelligence est qu’elle est distincte. Je suis en train d’écrire un nouveau livre appelé “Epiphany” (voir ici, The Element), qui est basé sur une série d’interviews pour comprendre comment certaines personnes ont découvert leurs talents. Je suis fasciné par la façon dont certaines personnes y sont arrivées.
Ken Robison rajoute dans une autre conférence (voir ici), à propos de la pensée divergente (divergent thinking), à savoir la capacité à explorer les idées et les possibilités d’une façon ouverte et non linéaire : les enfants en bas âge ont cette faculté pour 98 % d’entre eux ; adolescents, ils l’ont perdue pour la plupart. Ils y ont été éduqués ! Y compris à considérer toute collaboration comme de la triche. Or, la collaboration est la clé du développement…
Pour avancer et innover, encouragez et développez la pensée organique !

Read More

Dés la rentrée, une newsletter dédiée à la facilitation graphique !

Cafe+news

Parce que je suis une fervente adepte de la facilitation graphique, je lance ma newsletter dédiée à cette merveilleuse pratique : crazy visual thinking. Grâce à l’écoute active, la facilitation graphique permet de synthétiser par le dessin les mots et images utilisés lors d’une discussion. Les visuels dessinés en temps réel font fleurir et boostent le contenu dans un conversation saturée d’informations. Ils valorisent toute la saveur des idées et aident à motiver un groupe.
Pour tout savoir sur cette approche à très forte valeur ajoutée, inscrivez-vous et bénéficiez de toute la puissance du processus qui permet à chaque entreprise ou institution de se différencier.

Read More

World Café express : un exploit !

IMG_6091

À l’occasion d’une journée placée sous le signe de la hauteur, la vue donnant sur les toits de Paris, j’ai animé en tant que facilitatrice graphique, avec Sylvie Courcelle, un groupe selon les principes du World Café. Voici quelques images et détails choisis.

IMG_6110

IMG_6117

IMG_6158

IMG_6155

IMG_6095

Voir l’album Flickr ici

IMG_6129

Read More

Se former à la facilitation graphique, à Paris, 5-6 décembre 2011

Cette nouvelle compétence, qui consiste à représenter, en temps réel et visuellement, le contenu d’une conversation ou réunion, dans le but de faire partager les idées et savoirs en injectant une bonne dose de créativité… cette compétence s’apprend ! Grâce à Roberta Faulhaber, facilitatrice graphique, vous pourrez : • découvrir les buts, techniques et stratégies de la facilitation graphiqueconnaître les outils et le vocabulaire visuel de base pour embellir vos animationspratiquer. Utiliser son corps, dessiner en grand, organiser l’espace, le vocabulaire visuel et l’écoute active… “C’est du jazz !”, dit Roberta.

Un occasion unique, les 5-6 décembre 2011 à Paris. Plus d’infos ici !

Read More