Tag: question

Accepter d’être transformé

Retour sur le workshop animé avec Pierre Goirand et Isabelle Jacob dans les chaleureux locaux du Centre Iris. Au programme, faire l’expérience du processus de discussion ouverte du World Café, avec en introduction l’invitation suivante :

Iris2013_transforme

Une discussion ouverte et porteuse de sens passe avant tout par la posture.

Iris2013_changer

Les questions permettent de se recentrer sur l’essentiel :

Oser

Rappel de la genèse du World Café, une histoire née sur les côtes californiennes que j’illustre toujours avec plaisir…

Iris2013_TWC

…ainsi que les 6 principes qui soutiennent les conversations réussies.

Iris2013_6principes

La collecte a été puissante et fluide, s’organisant d’elle-même autour d’un mot-foyer : l’envie !

Iris2013_envie

Le thème du World Café : l’audace avec un grand “O”, au couleurs de l’arc-en-ciel.

Iris2013_audace

Un changement de paradigme facile (!)…

Iris2013_facile

…quand il est porté par un souffle “dionsysiaque”, histoire de mettre un peu de “fou-fou” dans la vie !

Iris2013_dionysiaque

Une expérience vécue par chaque participant et un processus joliment mené, en mots et images, en suivant humblement le courant : go with the flow !

Iris2013_fresque

Show

In English, please… (une facilitation graphique commentée)

J’ai animé, avec Pierre Hervé Thivoyon et Lieven Callewaert, un World Cafe pour une grande entreprise. Le séminaire réunissait une soixantaine d’acteurs RH venus de tous les pays et les échanges se faisaient en anglais. Une première pour moi ! Je n’avais encore jamais facilité en anglais et ce fut une expérience très riche et enthousiasmante. J’ai été également invitée à commenter mes traductions graphiques et pris un immense plaisir (partagé !) à expliquer les choix visuels et résonances, à montrer comment ce que j’ai capté et dessiné peut accompagner et renforcer le processus.

Le World Café avait pour objet l’évolution du métier RH face à la réorganisation et au plan de convergence prévu par l’entreprise. Il était intitulé : “What are we ready for ?”. Le principe du World Cafe est de réunir un groupe de personnes autour d’une question sensible. Le thème est décomposé en trois questions ou trois round de tables, puisqu’à chaque question les personnes y répondent par groupe de 4 (ou 5 ou 6… pour favoriser les échanges) et sont invitées à changer de table pour la question suivante dans le but d’une meilleure fertilisation des idées. Les questions posées sont soigneusement rédigées pour inciter tous les participants à contribuer à la réflexion en partageant un vécu personnel. Les idées et conclusions sont ensuite collectées en grand groupe et enregistrées visuellement grâce à la facilitation graphique.

VWS_FG_tasse3bis

J’ai commencé la facilitation graphique en intégrant le titre du séminaire dans l’image d’une tasse de café, symbole de ce processus qui tend à favoriser les conversation et expressions. De cette tasse s’échappent des effluves qui forment les lettres du secteur concerné HR (Human Resources). Ces effluves traduisent le besoin d’émergence, le développement de quelque chose de nouveau.

VWS_FG_tasse1 VWS_FG_effluves2

Pierre Hervé, l’un des animateurs, à introduit le séminaire en invitant les participants à y prendre plaisir (have fun! play!) et à faire appel aux 3H (head, hand, heart). J’ai aussitôt repris ses mots stimulants en dessin.

VWS_FG_3H  VWS_FG_fun

Ensuite Lieven, le second animateur, a présenté la question en insistant sur l’implication personnelle (how YOU create…) comme moteur de changement et de création de valeur.

VWS_FG_you_create1

Le cadre du World Cafe encourage l’expression spontanée et l’implication personnelle : ça passe par tout ce qui constitue l’être, y compris les ressentis et émotions (share the emotions).

VWS_FG_you_create2

La première question concernait l’impact du changement à venir sur l’activité et le quotidien de chaque personne présente. Pendant que les participants répondaient à cette première question, je me promenais entre les différentes tables pour saisir les mots et expressions utilisées.

VWS_FG_Q1

Le premier échange fut particulièrement vivant et reflétait le besoin de pouvoir être entendu dans ses difficultés, inquiétudes, et même souffrances, face au changement. J’ai traduit ces expressions avec la même vigueur avec laquelle elles étaient partagées.

VWS_FG_complex VWS_FG_bordel
VWS_FG_Idontknow VWS_FG_very_hard
VWS_FG_Q1big

La deuxième question portait sur des expériences professionelles d’équipe où la valeur ajoutée a généré un sentiment de fierté.

VWS_FG_Q2

Cette seconde question fut abordée avec beaucoup moins d’aisance. Le climat était davantage étouffé et j’avais nettement plus de mal à distinguer des mots pendant les échanges. J’ai observé un groupe jouer sur un cœur dessiné avec les bonbons offerts à la table, puis saisi une conversation autour de la célébration des anniversaires dans l’équipe.

VWS_FG_candy2

Ce qui est intéressant pendant une facilitation graphique, c’est d’observer comment des images saisies au vol et juxtaposées prennent sens. Ainsi, pouvoir discuter librement avec le management de ses difficultés se trouve associé à l’image d’un bonbon. Le message qui émerge pourrait se résumer à “un peu de douceur dans ce monde de brutes”, un besoin que j’ai illustré par une bulle de “coton”, comme un cocon.

VWS_FG_Q2big

Cet exemple montre aussi à quel point il n’est pas toujours aisé de parler de fierté et de positiver dans le monde de l’entreprise.

La troisième question s’orientait vers les actions concrètes à mener pour accélérer le changement et le conduire avec succès.

VWS_FG_Q3

Durant ce troisième échange, plutôt retenu, je n’ai capté que deux mots : sharing and learning.

VWS_FG_sharing_learning

Juste avant la collecte, je me trouvais près d’une table qui discutait “bénéfices du TGV” et, l’air de rien, j’ai repris leurs mots :
– In the TGV you can work…
– And sleep…
– I work !

VWS_FG_manager_training

Dans les échanges légers se trouvent des remarques à creuser pour de nouvelles façons de penser, voir, travailler…

Pendant la collecte finale, chaque table a été invitée à synthétiser ses idées et réflexions au groupe réuni. J’ai rapidement noté les mots retenus, puis improvisé autour de chaque idée pour l’illustrer visuellement, les reliant entre elles pour en extraire la fluidité et cohérence.

VWS_FG_bigpicture3

Voici quelques idées illustrées, en vrac… En commençant par ce qui est facile, comme libérer la parole pour améliorer la communication (it’s easy to do!). Ou faciliter la mobilité interne pour qu’elle devienne une danse (job rotation).

VWS_FG_easy2  VWS_FG_job_rotation

Former les candidats au départ (exit training).

VWS_FG_exit_training

“Flinguer” les rumeurs qui tuent le business : les acteurs ont besoin de comprendre les décisions qui les concernent…

VWS_FG_stop_rumors2

… en conviant les managers à leur table…

VWS_FG_manager_at_table

… et en fondant les relations sur le partenariat.

VWS_FG_partners1

We miss training : besoin de soutien et d’outils pour accompagner le changement.

VWS_FG_tweet2

Deux images captent l’énergie d’ouverture. L’oiseau du réseau “twitter” fait référence à la vidéo sur les médias sociaux projetée durant l’introduction au séminaire. Comment utiliser ces réseaux pour créer une communauté solidaire et innovante ?
Le mot “bridge” prononcé par un intervenant évoque la passerelle à franchir pour changer de façon de travailler, en s’appuyant sur la communauté.

VWS_FG_bridge

Community… Ce mot résonne à part, en guise de conclusion. Créer une communauté construite de différents “you”… La boucle est bouclée (sur le YOU) pour un rebond possible ?

VWS_FG_bigpicture4

Grâce à la facilitation graphique, le sens émerge au fil de la journée. Tous ces mots et images juxtaposés s’organisent d’eux-mêmes et ouvrent de nouveaux espaces de réflexion et d’approfondissement.
Le but de ces journées d’échanges et de reflexion est l’ouverture, qui permet d’envisager les difficultés et problématiques sous un nouveau jour (de nouveaux chemins, idées, solutions…). L’ouverture stimule également la motivation et l’action car elle manifeste un élan.
Pour saisir ces portes d’entrée (les mots et les images qui comptent), deux qualités sont nécessaires : l’acceptation et la confiance. Dans la facilitation graphique, c’est accepter tout ce qui se passe (les différentes phases, les mots et images qui surgissent, etc) en ayant la confiance que, quoi qu’il arrive, une solution ou ouverture cherche son chemin, aussi bien à travers les échanges qu’à travers la fresque qui prend forme. Il reste ensuite à interpréter cette fresque pour en extraire toute la richesse.

Imaginez maintenant ce séminaire résumé sur un powerpoint, reprenant uniquement les points forts : “il faut…, nous devons…, productivité…, compétences…, etc.” Et dites-moi ce que vous préférez : vos commentaires sont les bienvenus.

VWS_FG_bigpicture1

World Cafe organisé avec Nancy Bragard (Bragard Associates). Merci à Roberta Faulhaber pour la mise en relation.

Read More

Ceci n’est pas un joli dessin…

no

Non, non, non… La facilitation graphique n’est pas une illustration pour faire joli, ni une œuvre d’art. Elle est l’expression vivante et vibrante de l’émergence d’un processus d’innovation et de création se traduisant par des questions, des émotions, des ressentis, des interconnexions, des symboles, des visions… Ce qui ressort de ces captures est de l’ordre du vivant : ni parfait, ni complètement maîtrisé. Le but n’est pas de faire un joli dessin, mais de mettre en lumière là où il y a de la vitalité et de la créativité. La beauté résulte de l’énergie qui y est traduite.

Zone de confort
Ne pas avoir peur du chaos : “Je perds mes repères… Ah ! Super !”

Quand je dessine, je suis debout et en mouvement. L’écoute active et sensorielle que j’ai développé dans ma pratique de coach* me permet de saisir les intonations, émotions et moments marquants que je traduis de façon imaginée. Les mots prennent ainsi une consistance toute particulière et participent au schéma global. Je note en particulier les paroles en l’air ou les choses dites en passant. Car les mots échappés de la pensée, les images ou symboles utilisés de façon inconsciente, sont souvent plus colorés et ont davantage d’impact et de saveur que le discours rationnel ou consensuel. C’est dans ces spontanés que se trouve la sève des élans et idées qui ont de la valeur.

*J’ai été formée à la psychosynthèse, une pratique qui permet d’être, d’interagir et d’influer sur le monde, fondée par Roberto Assagioli, qui se définissait lui-même comme un co-créateur et qui a écrit : “La psychosynthèse est une déclaration d’interdépendance”. Le but de la psychosythèse est de remettre l’homme et la collectivité dans le chemin de son évolution et accomplissement. Lire la suite ici

Read More

(Ré)apprendre à apprendre

Invitée par Pierre Goirand et Pascal Gayet, j’ai accompagné en tant que graphic recorder pendant trois jours la formation sur les fondamentaux de l’organisation apprenante (FOA) proposée par Sol France (Society for Organizational Learning). Dédier trois journées d’affilée à la facilitation graphique était un nouveau défi pour moi. J’ai ainsi représenté par le dessin, le temps d’un workshop résidentiel, le vécu des trente participants autour des thématiques passionnantes de la vision partagée, la co-création et la pensée systémique, en passant par les freins au changement jusqu’aux processus qui favorisent l’émergence.

*IMG_6475

*DSCN2838

Cette formation, qui se fonde sur le livre La Cinquième Discipline de Peter Senge, présente les cinq disciplines indispensables pour permettre la réalisation de projets à la fois personnels et stratégiques dans les entreprises et organisations d’aujourd’hui. Ces disciplines sont axées sur les aspirations (maîtrise personnelle et vision partagée), sur les échanges (travail en équipe, dialogue, modèles mentaux) et sur la complexité (pensée systémique). Cette nouvelle qualité de “l’apprenance” est la capacité à se remettre en cause, à créer les conditions d’un dialogue constructif pour tous et à développer les outils pour faire avancer le monde dans le sens du bien-être personnel et collectif.

*DSCN2832

*DSCN2828

Entourée des consultants et managers présents, ce fut pour moi une aventure très enrichissante dans un lieu inspirant, le Moulin d’Andé, célèbre pour y accueillir des évènements culturels, également des artistes, musicieux, cinéastes, chercheurs en résidence… Situé le long d’un des bras de la Seine, se déployant dans un grand parc arboré, ce lieu invite lui-aussi au ressourcement créatif.

*DSCN2884

*IMG_6554

Toutes les images sur l’album Flickr ici.

Read More

Faire connaissance par le dessin

Deux équipes d’une même entreprise, qui ne connaissent pas, se réunissent autour d’un projet commun. L’organisatrice de cette rencontre a fait appel à la facilitation graphique pour accompagner les échanges. La réunion a donné lieu à une véritable co-création et chaque participant en est ressorti nourri. La journée fut d’autant plus créative que le lieu choisi fut “La Bananeraie” de Michel & Augustin, un espace inspirant qui donne… la banane !

30IMG_6346

13IMG_6327

31IMG_6344

14IMG_6326

Toutes les images sur l’album Flickr ici.

Read More

Animer les groupes de façon créative : save the date!

37599_1491579962298_1017987008_1433047_1732206_n

Pour se former à l’animation et à la facilitation de groupes avec les méthodes de l’Open Space et du World Café, Pierre Goirand* propose un atelier de deux jours au Centre Iris (Paris) les 8-9 décembre 2011. Si vous êtes un entrepreneur, leadeur, consultant ou profesionnel de la communication en quête de nouvelles approches créatives pour penser et créer ensemble, ce stage est fait pour vous. J’y participe le 8 décembre en animant une facilitation graphique. Pour plus d’infos, télécharger ce document ou contacter le Centre Iris.

*Pierre Goirand est consultant et architecte de rencontres en intelligence collective.

37894_1491578762268_1017987008_1433037_7902962_n

Read More